Actualités

Festival Brut d’Arènes 2017

24, 25 et 26 mars

Pour la quatrième édition du festival Brut d’Arènes, les Noctambules vous accueillent aux Arènes de Nanterre et sur la pelouse de l’Université Paris Nanterre pour un week-end de festivités. Artistes et bénévoles vous concoctent 3 jours de spectacles, d’exposition et d’ateliers d’initiation au cirque. Il s’agit d’une occasion privilégiée de rencontrer les compagnies accueillies en résidence aux Noctambules durant l’année et de découvrir des formes inédites d’arts du cirque et de la rue.

L’entrée est libre et une restauration sur place vous attend pour les petites faims.

Vendredi 24 mars:

Accueil sous chapiteau école des Noctambules à partir de 19h

Exposition (à découvrir pendant toute la durée du festival):
“La texture comme matériel interprétative – sculptures en cordes, techniques de tressages, tissage et cordages des cultures andines de l’Amérique latine.”
de José Luis et Alvaro Valdes.

20h – « Aquello que suena y desliza / Ce qui sonne et glisse » – Alvaro Valdez corde lisse

20h30 – Compagnie SID
“L’ironie D’un saut” – duo de cadre aérien (étape de travail)
Un pas de deux en apesanteur…
Durée 50 min – tout public

21h30 – TAL’JANSKA
Concert – Swing, musique de l’est, musique du monde…

Samedi 25 mars:

Sur l’espace vert devant le bâtiment F de l’Université Paris Nanterre à partir de 15h

15h-16h30 : Ateliers cirque: jonglage, équilibre sur objets…

16h30 : Noémie Armbruster
“Enfin seule!” – clown aérien
Et si Kill Bill avait rencontré Tex Avery….un mélange d’étonnant !
Durée 45 min – tout public

17h30 : Compagnie Krilati , Caroline Siméon
“Noces” (étape de travail) – contorsion, grille et peinture
Un conte poétique sur le deuil et son issue, ce moment de bascule où la vie repart, une poignée de main à la vie.
Durée 30min – tout public

Retour aux Arènes, au chapiteau spectacle des Noctambules.

22h – Cabaret cirque: Rocco Leflem, Dimitri Hatton, Thibault Theyssens, Bogdan Illouz et autres artistes invités….
Places limitées à 300, les retardataires prennent le risque de se voir refuser l’entrée.

Dimanche 26 mars:

Aux Arènes de Nanterre à partir de 14h30

14h30-15h30 : Ateliers cirque: jonglage, équilibre sur objets et petit volant

15h30: Compagnie Krilati , Caroline Siméon
« Noces » (étape de travail) – contorsion, grille et peinture
Un conte poétique sur le deuil et son issue, ce moment de bascule où la vie repart, une poignée de main à la vie.
Durée 30min – tout public

16h-17h : Ateliers cirque et petit volant

16h30 : Compagnie Farö Céleste, Justine Bernachon
“Ofelia song » – filet aérien
Ophélie aujourd’hui, avec une grande robe, des mètres de cordage et un texte d’Heiner Muller. Une partition, physiquement engagée, pour corps et objet.
Durée 30 min – à partir de 16 ans

17h15 : Noémie Armbuster
“Enfin seule!” – clown aérien
Et si Kill Bill avait rencontré Tex Avery….un mélange d’étonnant !
Durée 45 min – tout public

18h : Compagnie Linotte, Angélique Zaini et Jules Lefrançois
“Le sourire de la note sensible” – chant, cirque, danse et théâtre
C’est l’histoire d’une rencontre… En musique.
Durée 55 min – tout public

 

Un grand merci à la Ville de Nanterre, à l’ Université Paris Nanterre et à 2R2C La Coopérative De Rue et De Cirque.

Soutiens :
la Ville de Nanterre, la Région Île de France dans le cadre du dispositif « Lieu de Fabrique », DRAC Ile de France, le Département et l’Université Paris Nanterre.

logo_mairie_de_nanterre120_logoiledefrancecopielogo conseil generallogo-DRAC   589-logo-cooperative-rue-cirquelogo-paris-nanterre-couleur-cmjn

Pour faire connaissance:

 

« La texture comme matériel interprétatif – sculptures en cordes, techniques de tressages, tissages et cordages des cultures andines de l’Amérique latine » – Exposition de José Luis et Alvaro Valdes.
C’est un travail de recherche entre cirque et arts textiles. Nous voudrions explorer, et si possible trouver, une relation entre la texture et l’interprétation. Que se passe-t-il si nous transformons la matière, la forme, les couleurs et la texture de notre agrès la « corde lisse »? Comment cela modifie-t-il notre ressenti? Notre manière de les manipuler, de les observer?

cordes expo alvaro

Flagelo 26

 

 

 

 

 

 

 


Aquello que suena y desliza /
Ce qui sonne et glisse,
Alvaro Valdez.
Corde lisse.
Comment interpréter et intégrer le travail de la matière dans la création artistique des cordistes?

L’Ironie d’un saut, Cie SID
« Se protéger d’une réalité douloureuse est source de créativité » Boris Cyrulnic.
L’Ironie d’un saut est né d’un constat: Nous sommes tous dépendant et contraint par la gravité. Alors, que se passe-t-il lorsque nous sentons LE point de suspension? Comment le corps réagit-il lorsque pendant un instant il ne pèse plus rien? Pourquoi cet instant est-il si doux

SID-

alors qu’il nous pousse au risque les plus insensés? Nous sommes tous confrontés à des choses que nous ne maîtrisons pas, l’accident est autant présent qu’inattendu…

Avec Inès Maccario et Antoine Deheppe.Régie Charles Dubois

 

 

 

Tal’Janska

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Naviguant avec un malin plaisir entre swing et musiques du monde, TAL’JANSKA se balance au vent nomade des musiques de l’Est, balkaniques ou orientales, et du swing des Années Folles. Toujours avec le désir de revisiter, de réinventer ces mélodies par l’arrangement, la composition et une large place laissée à l’improvisation, ce petit orchestre se met en quatre avec une énergie festive, chaleureuse et communicative.

 

Noemie®JPBouron

Enfin seule!, Noémie Armbruster
Solo

Enfin seule! est un polar clown, aérien et musical, un éloge de la solitude et de la liberté. Martha est une jeune femme au bord du gouffre. Le matin-même, elle a quitté précipitamment ses enfants, oubliant un gâteau dans le four et son mari dans le garage, aplati sous la voiture. Elle nous demande avec une

surprenante légèreté de la condamner à perpétuité, pour être enfin seule, enfin libre, et ne plus faire de mal à personne.

 

 

 

Noces, Cie Krilati, Caroline SiméonCaroline
Solo.

Ils ne sont plus là depuis longtemps. Ici, elle erre sous son parapluie transparent, insensible à l’ennui, au froid, au silence des plaines enneigées. Ici, les murs se sont écroulés, le silence bat la mesure, et sa vie se resserre comme une douce étreinte irréelle.
Malgré tout, la vie de couleurs et d’amours est bien encore là. Enchanteresse, la musique affole le corps qui danse, lutte et résiste, se meut dans un ballet aérien et vertigineux. Le brouillard s’estompe, les nuances apparaissent, la vie est là.
Un conte poétique sur le deuil et son issue, ce moment de bascule où la vie repart, une poignée de main à la vie.

 

 

Justine crédits Lola Hakimian

Ofelia song, Cie Farö Céleste, Justine Bernachon
Solo, à partir de 16 ans.
Ophélie aujourd’hui, avec une grande robe, des mètres de cordage et un texte d’Heiner Muller. Une partition, physiquement engagée, pour corps et objet.

 

 

 

 

 

 

 

Le sourire de la note sensible, Cie Linotte, Jules Linotte

et Angélique

Notre premier spectacle.
C’est l’histoire d’une rencontre amoureuse et artistique. Le temps d’une représentation, deux personnages, qu’apparemment tout oppose, vont improviser un tour de chant, mêmant cirque, danse et théâtre, et découvrir le plaisir de créer ensemble.